•    Un ami m'a raconté une histoire qui m'a beaucoup plu au point de la partager.

       Un jeune homme algérien a fait la connaissance d'une jeune fille anglaise. Ils se sont très vite mis d'accord pour se marier. Tout est beau, tout est joli. Seulement voilà, le père du garçon a refusé car la fille n'était pas musulmane. La solution? Il faut que la jeune se convertisse à l'islam. Elle a bien réfléchi et puisqu'elle tenait à ce garçon, elle décida de comprendre l'islam. Plusieurs mois plus tard, elle était musulmane par conviction. Elle portait le hijab et pratiquait l'islam. Le garçon était heureux comme un poisson dans l'eau car son rêve allait se réaliser mais une surprise de taille l'attendait; la fille a refusé de se marier avec lui, ayant bien étudié l'islam, elle voyait en lui quelqu'un qui n'avait rien à voir avec l'islam sauf peut être le titre de se dire qu'il était musulman. 

        Il a demandé des explications, elle explique donc :

    - l'islam interdit de boire et toi tu bois, il interdit de coucher avec les femmes et toi tu changes de filles comme de chemise, tu fumes et c'est interdit, en plus tu vis sans travailler; tu ne pratiques aucun pilier de l'islam.....  Bref toi et l'islam ça fait deux et je ne peux me marier avec toi, il faut revenir à Allah, te repentir. 


    1 commentaire
  • ABDALLAH BEN KERRIOU

         Meddahs (poétes) de Laghouat   Il est impossible de parler de poètes de Laghouat sans évoquer Abdallah Benkerriou. Né en 1871 à Laghouat décédé en 1921 , Abdallah Ben Kerriou est l'un des plus grands poètes populaires du XIXe siècle.

    Je suis de Laghouat, non d’ici, lui dis-je

     Par ta question tu m’as remué et ranimé mes maux

      Il y a deux Laghouat à notre connaissance me fit-il observer

      La vraie Laghouat et Laghouat du mont Kssal

     C’est de Laghouat qui par sa position est à l’est de nous

     Laghouat dont les habitants sont réputés pour leur dignité

     Et leur élégance

    Nous ne supportons aucune humiliation pour ceux qui vivent

    Parmi nous

    Nous préférons la mort au déshonneur et méprisons la richesse

     Nos exploits, tu dois le savoir, sont connus dans toutes

    Les cités et des héros reconnaissent notre vaillance

     Les grands de toutes les tribus nous fréquentent et

    Choisissent parmi nous les oncles maternels pour leurs enfants

                   Poème de A. Ben Kerriou

            Traduit de l'arabe par Labter Lazhari

     

    Dans cette page, je vous propose un poème de Abdallah Ben Kerriou, surnommé le faucon de la poésie populaire.  Le poème est écrit dans sa langue initiale, la langue arabe parlée.

          

                  j'ai voulu un soir apaiser mon âme 

                  Mais je n'ai fait qu'ajouter à son mal 
                  Mon naïf compagnon ne s'aperçut de rien 
                  Et ne se douta ni de mon malheur ni de mes épreuves 
                  Il marchait et me parlait en toute quiétude 
                  Je l'écoutais et ne lui répondait point 
                  Il ralentit le pas et me regarda 
                  Sur que mon état n'était pas normal 
                  O Abdallah me dit-il informe moi 
                  Sur ce qui te bouleverse et t'agite à ce point 
                  Sois compréhensif , cher compagnon 
                  Et je te dirai la cause de mes maux 
                  Je ne t' en veux pas de ne pas deviner 
                  Loin est l'homme inquiet de celui que ronge le mal 
                  Garde secret mon mal et le Très Haut te gardera 
                  Ton compagnon est atteint au coeur 
                  Doutes tu de moi o mon frère? 
                  Pour tes secrets je serai une mère profonde 
                  Que Dieu te protège de tout mal 
                  C'est cela la vraie amitié 
                  Regarde bien là haut 
                  Et médite ce que Dieu a créé ! 
                  Dans le ciel il vit une étoile brillante 
                  Perçant de son éclat les nuages 
                  Une étoile nouvelle et sans nom 
                  Inconnue des astronomes 
                  C'est une perle gardée 
                  Son éclat peut remplacer celui de la pleine lune 
                  Cachée depuis l'époque de Platon 
                  Qui la découvrit et la protégea sa vie durant 
                  Il la dissimula si bien au regard du commun 
                  Qu'aucun marchand ne put en faire commerce 
                  Seuls les alchimistes l'ont observée 
                  et découvert son secret 
                  Elle porte en elle des signes mystérieux 
                  Et lui d'un éclat étonnant 
                  Elle a étonné tous les astronomes qui l'ont aperçue 
                  Et aucun n'a réussi à la situer 
                  De crainte que des savants n'en percent le mystère 
            On en a fait une perle protégée par de nombreux talismans 
            On l'a cachée dans le monde des esprits 
                  Auquel n'accède nul chercheur 
                  On l'a entourée de fauves dressés pour la garder 
                  Dont un tigre au regard effrayant 
                  De longs serpents enroulés spirale sur spirale 
                  Qui de leur souffle réduiraient l'acier en poussière 
                  De hautes statues les unes en face des autres 
                  Et sept gardiens veillant devant chaque porte 
                  Quiconque approcherait de ces fauves 
         Finirait en lambeaux de chair entre leurs griffes et leurs crocs 
                  Des sorciers de Sousse voulaient la voir 
                  Dans l'espoir d'en percer le mystère 
         Les gardiens se dressèrent devant eux tels des épouvantails 
                   Et de leurs regards ils les firent rebrousser chemin 
                   Dieu a voulu qu'à mon tour je m'aventure 
                   Cela en valait la peine même si la vie est précieuse 
                   La clef de la magie s'offrit à moi 
                   Les portes s'ouvrirent et le gardien ne fut plus là 
                   Je pris dans ma main la pierre précieuse 
                   Celle dont le symbole n'est dans aucun livre 
                   Cette perle est une parabole 
                   De la belle aux cils et aux yeux noirs 
                   Jeune et indifférente à mon amour 
                   De sa blessure nul médecin ne saurait me guérir 
                   Semblable à Qays et tout comme lui en un sens 
                   Je ne suis plus que souffrance sur souffrance 
                   Qu'importe que l'on dise que je suis fou 
                   Celle qui m'habite est plus belle que Leila 
                   Il n'est pas en ce monde un être plus malheureux 
                   Que celui qui aime toute sa vie 
                   Sachez o hommes de bien 
                   Que si je meurs ça ne peut être qu'à cause d'elle 
                   Ne réclamez point le tribut de mon sang 
                   Dieu seul règle les comptes et inflige les sanctions 
                   Dieu O mon créateur sois généreux 
                   Et ouvre-moi les portes du bonheur 
                   Allège mon fardeau O mon maître 
                   Efface mes péchés et accepte mon pardon. 

    Traduit de l'arabe par Lazhari Labter dans "Retour à Laghouat mille ans après Beni Hilel"

     

                    جيت نوسع خاطري ضيق عشية                       زدت عليه هموم من نظرات صعاب

                     ارفيقي مالو خبر صاحب نيـــــة                       مـــــــاهو داري للبلا ماشاف عذاب
                     يمشي في الامان ويحدث فـــــي                            يــــــــصنت لي ما نرد عليه جواب
                   اتمـــــــــاهل في مشيتو ونظر لي                            وــــحقق في حالتي ماهيش صواب
                     ياعبد الله قالي عيد علـــــــــــــــي                       واش جرالك راك مفــــــتون ولواب 
                   ساعف حالي يالــــــــي راك معايا                       ونــــــــوريك منين دركوني لعطاب
                   يحسن عونك مادريتش مابـــــــي                        واش يجيب لـــــــي مهني للمصاب 
                   استر حالي يسترك عالي العلــــــيا                        راه رفيقك مكــــــــنو رامي عطاب
                   واه الظن يخيب في يا خويــــــــــا                        وانا بحر عميق لسرارك مهــــــاب
                   اينجيك الله من كل بليـــــــــــــــــة                        عند الخاوة هكذا ظنت لحبــــــــاب
                   ثبت نظرك شوف من ذ الناحيـــــة                       واسخبر في ما خلق مالك لرقـــــاب
                   لاح بعينو شاف نجمة ضوايــــــــة                     كي برزت بانوارها من وسط سحاب
                   ماهي في حيز النجوم المسميــــــــة                      ولايعرف تقويمها شاطر حســــــاب
                   كل منجم دهشاتو ذي الرؤيـــــــــة                      .بحثو عن تعديلها واحد ماصــــــاب
                   هذي درة في خزاين محضيـــــــــة                       يقدح منها نور بالحكمة لهـــــــــاب
                   من عهد افلاطون كانت مخفيـــــــة                       دبرها من شاو عمرو حتى شــــاب
                    واحجبهاعلى العامة دار مزيــــــــة                      وماداخز بيها السوقية لاسبــــــــاب
                    عليها لرصاد باقلام خفيــــــــــــــــة                      منعوها من كل جانب عالطـــــلاب
                    خافو منها من العقول الذاكيـــــــــــة                     رصدوها دارو عليها كم حجــــــاب
                     رصدوها بغياهب الروحانيـــــــــــــة                      وتهاليك يعثرو من جا طــــــــلاب
                     عنها ضبطو ليث واشبال وبيـــــــــــة                    والنمر لي شوفتو حرشة رهـــــــاب
                     وثعابين طوال طية عن طيــــــــــــــة                    ا لي يسوط على الذكير يصير تراب
                       اتماثيل موافقة ذيك لذيــــــــــــــــــــة                    سبع ارصاد وكل رصد مقابل باب
                        من يطعن هذ الوحوش الموذيــــــــة                        يغدى لحمو بين لظفار ولنياب
                        عليها لرماس دخلة مخفية                        اضياها يغني على البدر اذا غاب
                        ايجوها منعوتين طلبة سوسية                             ويظنو مفتاح مطلبها ينصاب
                         منعوهم لرصاد بهوال قوية                         نظرو ليهم بالكسد رجعو خياب
                          يطلعو بيها صحاب الكيمية                          جادو فيها سر لسباق ولسباب
                          قدر ربي دارت الساعة لي                        الروح عزيزة وهانت يا لحباب
                           اتقدمت شوار باب الكيمية                         واتفتحت بيبانها والمانع غاب
                             جابيدي حجر الكريم لي غاية                     المرموز عليه مشروح بكتاب
                             الدرة مثقال صادف معنايا                          انا بي سابغ العين ولهذاب
                            ماردتلي بال طفلة غرية            جرحتني بجراح ما ينفع طباب
                            ابن سينا شيخ في الطب حكاية                قال العشق اذامكن مالو تطباب
                           اذا قالو قيس قيس لمعنايا                     تلقاني كي قيس حامل كا عذاب
                          اذا قالو جن ما ثم حكاية                   الي بي خير من ليلى تنصاب
                          ماتلقاشي حد عاذب في الدنيا                مثل العاشق شوف من شاو لعقاب
                          انوصيكم يا رجال اللزمية.             اذا مت بليعتي هي لسباب
                         اتهلاو لا تطلبوها في الدية              ربي دار حساب في الاخرة وعقاب
                         ياربي يا خالقي جود علي           وافتح لي بيبان فضلك يا وهاب
                       سهل لي في الواعصة يا مولايا                        امحي سياتي واغفر يا تواب.

                                                  عبدالله بن كريو الأغواطي
                                                    الملقب بصقر الشعر الملحون
     Source du poème en arabe : https://www.facebook.com/permalink.php

     


    votre commentaire
  • Lazhari Labter

    Journaliste, poète, écrivain et éditeur. Né à Laghouat  le 08/01/1952 (Sud algérien). Vit et travaille à Alger où il assume la direction de sa propre maison d’édition Lazhari Labter Poètes de LaghouatEditions, spécialisée en littérature jeunesse et BD. Voici quelques livres de l'écrivain :

    Les journalistes algériens entre le bâillon et les balles (Essai) - l'Harmattan, 1995. Poètes de Laghouat

    Des recueils de poèmes Yasmina ou les sept pierres de mon collier d'amour (Barzakh, 2001)                       

     

    Le pied de Bilkis sur le pavé de cristal (El Ikhtilaf, 2005)

    Amour ou passion

    Je dirai :

     Tes cheveux coulée de nuit
    Sur tes épaules dénudées
    Tes yeux de noir fardés
    Eau sombre au fond d'un puits
    Tes sourcils deux arcs minces
    Par la main d'un artiste tracés
    Tes joues pétales de rose
    Tes lèvres fleurs de pécher écloses
    Tes dents perles sur perles quand tu souris
    Dans un écrin de velours
    Qui s'ouvre sur du rubis

    Je dirai :
    Les grains de beauté noirs
    Autour de tes lèvres roses posés
    Tels des points dans un miroir
    Des étoiles noires dans la Voie Lactée
    Ton cou d'albâtre oriental
    En son collier d'or enserré

    Je dirai :
    Le sortilège de ta voix
    Cette douce complainte
    Qui me remue telle une plainte
    Le son d'une flûte au fond d'un bois
    Le miel de tes lèvres
    Le lait de ton sein à boire
    Tes yeux où se noie la nuit noire
    Ton regard qui réveille mes fièvres
    Et me laisse comme un enfant ébloui
    Au ciel par la lune qui luit
    Ou étonné de son reflet dans le miroir

    Je dirai :
    Tes mains douces à la caresse
    Tes doigts langues de flamme
    Qui jouent de mon corps
    Comme des archets de violons
    Et m'emportent de plaisir
    Comme une lame de fond
    Me font vivre et mourir

    Je dirai :
    Ton corps comme un roseau qui s'élance
    Tes seins qui pointent tels deux bouts de lances
    Ton ventre plaine vivante
    Qui abrite un nid d'amour de déesse
    Que ma main douce et aimante
    Réveille de caresse en caresse

    Je dirai :
    Ton corps fait pour la danse
    Tes poses félines
    Qui embrasent mes sens
    Ta voix câline
    Comme une douceur
    Un baume sur mon cœur

    Je dirai :
    Tes formes de houri quand tu fais la pose
    Tes cuisses qui s'ouvrent sur une rose
    Mouillée à la rosée du matin
    Pétales fragiles enrobées de noir satin

    Je dirai :
    Chaque soir et chaque matin
    L'envie que j'ai de toi
    Quand tu passes tes doigts
    Sur mon visage ou ma main
    Quand ton regard se fait caresse
    Quand tu me dis de ta voix troublée
    Tout l'amour et toute la tendresse
    Que tu voudrais avec moi partager
    Mon coquelicot dans un champ de blé.


    Je dirai :
    Pour toi je serais preux chevalier
    J'irai de bataille en bataille
    Et t'emporterai de force ou de gré
    Où que tu sois où que tu ailles
    Khamsa dans les yeux du Mal
    Et que par Dieu tu sois protégée

                        Lazhari Labter 

                      Extrait du recueil "Essentiel désir"

           Le poème doit être une étincelle de silex, brève comme  elle et intense ou n’être pas. Une averse d’étoiles filantes, une précipitation d’arcs-en-ciel, une pluie de feux de diamants ou n’être pas. Le poème doit être un trait lumineux qui aveugle et laisse sans voix ou n’être pas. Une parcelle du divin ou n’être pas.”                              Lazhari Labter


    votre commentaire
  • Saidi Bendjedou

     poètes de laghouat    Il est né le 26 septembre 1952 à Laghouat. Il a été prof de français puis inspecteur de la même matière à Djelfa puis à Laghouat. Il est décédé le 10 décembre 2003.

    Je vous propose ici quelques uns de ces ouvrages:

    • Recueil de poèmes : la part du silence.
    • Une revue pédagogique en 2002.
    • Les voies Soufis et leur collaboration dans la promotion et l'enrichissement de la culture dans la région de Laghouat.

                            " Nuit traversée d’éclairs bleus
            Sans doute notre corps retournant à la lumière 
                   Qui l’exaltait à la terre absente à nos pas
                      Que nul chemin ne consent à accueillir                

                       On peut être présence de feu qui assaille
            Le silence des murs gardiens de notre mémoire
                    Et ce feu et la lumière de l’autre rive
                 Porteront haut ton rêve dense et ta parole"
                  

                     "  Une fleur couleur de tes doigts
                        Mais parce que seule
                           Encombre le désert
                       Parcouru mille ans
                      En quête du visage
                       Que ne recèlent nulles lignes
                        Autres que celles fondues à la clarté
                        Trop vive"

    Extraits du recueil " La part du silence" de Saidi Ben Djeddou

                           

                          Souffle

    Ton souffle bariole d'arcs en ciel
    L'étendue grise des mémoires
    Et ranime souverain
    Les corps épars
    Chus aux rives de nos lèvres
    Procession vespérale
    Au premier lever de ton âme
    Les soirs s'épanchent si bas
    A froler ton coeur
    Et tes mains
    L'essaim des heures pleines voltige
    A l'orée de ton corps
    Eperdu à l'appel du jour qui
    Tarde à tes yeux.

    Saidi Bendjeddou

     

                                                                Ceux qui savent

    Ceux qui savent
    Depuis longtemps se sont tus
    La parole a déserté l'inerte rivage
    Les arbres même sont un signe
    Un vol d'oiseau annule l'espace
    Les mots perdent sens et pesanteur
    Ceux qui savent
    Ont su confier la pierre
    Uniforme
    Et à l'image de l'informe
    La part du silence qui donna sens jadis
    à la rumeur des mots
    Pesante
    Et sans cesse recommencée
    Ceux qui savent
    Ont su creuser l'espace
    Et briser le temps pour y sacrifier
    Ce double d'eux-mêmes
    Et dans l'inertie des gestes figés
    Et des lèvres closes
    Bâtir l'idéale cité

    Etrange pays

    Je chemine dans ce pays étrange
    Comme un corps qui brûle haut
    éclairant des chemins souterrains
    Qui mènent ailleurs
    Je te nomme pour tenter
    L'absence plus épaisse
    Que la terre noire
    Envahie par nulle mémoire dévastée

                                                                                 

                                  Evidence

    Ici l'arbre s'érige en présence et mémoire ligneuses
    Désormais plus je ne vais ombre évasive
    égarée parmi les ravines sèches de l'être
    à l'affût de moi-même.
    Essence et mystère accessible de ce lieu d'oblation
    Je dis l'arbre et s'accomplit la double résurrection.
    La pierre informe reprend place dans l'évidence
    Sonore de la durée ainsi par coutume désigne-t-on
    Ce haut lieu de l'attente comblée
    Une pierre
    Pour me désigner à moi-même
    Semblable à ce que je fus
    Une pierre informe
    Pour me reconnaître à la fois autre
    Et même.

                    Germination

    D'abord l'ennui
    De gris et de bleu
    Dessinant nos traits
    à l'image du vrai visage
    D'abord la solitude
    Ouvrant à notre faim
    Le monde
    Comme fruit miraculeusement mûr
    Saison nouvelle
    Le silence a germé
    Partout la même fleur
    De parole imminente
    Partout l'espace s'entrouvrant
    Au geste
    Qui doit s'accomplir

                                                                           

                                                                                Impression

    Rien d'éternel
    Un ciel
    Bas
    Bas
    Atone
    C'est tout l'automne
    Un vol épais
    Désir d'absence
    Silence
    Dense désir de paix

     

    La terre d'un autre voyage

    Tu dis : Vois bientôt mourir sera conquête
    Là sont le ,terme et la terre d'un autre voyage
    Notre corps libéré du poids de son ombre
    Renaîtra drapé dans la transparence de son rêve
    Tu dis : Le silence même est présage de chant
    Demeure donc et entends venir l'écho de nos pas
    Là nommer est pouvoir l'absence présence
    Qui dissocie pour hâter l'union et le rêve

             

                                                                         Mysticité

    Et le voyageur aux portes de la cité de sable
    Entonne son chant qui monte son chant le plus beau
    Or voici que l'envol délicat préside
    à la rupture et toute magie dès lors
    Se brise
    A jamais ?
    Mais voici que s'exalte une fois de plus
    Le chant après l'errance et l'oubli
    Feutré
    Aussi doux peut-être
    Que l'étreinte où se perdent les corps
    épris seulement d'eux-mêmes

       Signe

    Signe à rebours
    Par la magie inverse
    Du dire
    Inscrit au creux du silence
    Je suis essentiellement le centre même
    De mon immobilité
    De moi aux choses
    Maints rayons indéfectibles

                                      Soupir

    Un soupir
    Oh si ténu
    Entaille les veines du silence
    Le sang béni bat la mesure
    De l'antique désastre
    L'herbe s'irise d'une seule goutte recueillie
    Un mot prend corps
    Et mille formes inconnues
    Sempiternelle déraison
    L'écume changeante
    Vers la grève des mémoires sourdes
    Tendues sur nos vies comme une toile
    Le drosse
    Le ramène
    Et s'apaise
    Le mot se vêt de rêve
    Et s'en va par les sentes
    De l'oubli

    Spiritualité

    A ma porte ce matin
    Le voyageur me dit
    J'ai soif d'absolu
    Et faim d'immensité
    Sans fin je parcours
    La ville spirituelle
    Au visage de roches
    Calcinées et de sable
    Ne lui suffit-il pas de savoir
    Que ses yeux sont tout cela
    La douceur de la rose
    Et la fraîcheur des jardins

     Source des poèmes : http://poesie.webnet.fr

     


    1 commentaire
  • Propos de Lazhari Labter
             Suite à mon émission d'hier sur la radio algérienne chaîne 3 où j'étais l'invité de Badiaa Haddad pour évoquer les lieux de mon enfance à Laghouat, ma ville natale et pour parler des « petits riens », d’amour, de passion, de poésie et d’« Essentiel Désir ", j'ai reçu ce message d'une amie que j'ai trouvé si touchant que j'ai décidé de le partager.

    Bonsoir Lazhari Labter
            J'ai écouté votre émission en entier ce soir, cela m'a beaucoup plu et j'ai appris plein de choses sur les poètes que vous citiez. Merci encore. J’ai écrit ce poème ce soir, après votre émission. Je vous le transmets en lecture. J’espère qu'il ne vous offensera pas car j'y parle de vos souvenirs comme un poète raconterait la vie d'autrui.
    Je dis souvent que je suis un électron libre et que j'entends le rester. À part des textes publiés sur mon blog internet, je ne veux pas publier mes écrits dans des livres, c'est ainsi, un choix philosophique, que beaucoup dans mes connaissances ne comprennent pas. Mais moi j'y tiens. J'adore lire la poésie, la partager telle que je le fais ce soir..
    Bien cordialement, Leïla.

                                                            Miraâth el Hawa
                                                       Poème de mon amour
                                                  À la source de mon discours
                                                             La femme
                                                        Miraâth el hawa
                                                    Âme de mon amour
                                                 Lumière de ma plume
                                                    Que mon cœur s'allume
                                                 Que ma poésie s'écoule
                                               Que danse la terre dans l'eau
                                                        Sakiyat el hawa
                                               Écoute, écoute le bruit de l'Oh !
                                          Mon âme qui s'envole avec le sable chaud
                                     Je trace à mes pieds le livre, le vivre, le chemin vert
                                                       Vers zguegue el hadjadj,
                                          Guelbi allal guelbi et j'écoute sans un mot
            Oh mère, tes pas dans la pièce, mon père m'appelle sous la tinda ensoleillée
                                    Que Sohbane ne s'offense sur le Djbel Tizegrarrine,
                           Mon père hèle sur la terrasse, mon cœur bat dans ma poitrine
                     Je cours, je marche, je me retourne sur mon enfance estampillée
                          Qui dort à me faire peur ici, fantôme des Maures réveillés ?
                         Dans le couloir des rituels, le naâsh guette quelque endeuillés
            Ô mère, je reviens, oui, là, je te retrouve, au bout de la nuit écarquillées… mes yeux
                  Mes yeux d'enfant, dans le noir de la rue, le café embaume, le café vert résonne
                                     Dans lhemmassa, mes souvenirs, ma trace
                            Dors ô lumière du monde, la poésie cercle ton lit
                        Doux pays des Maures endormis, les trois pierres racontent qu'ici
                            Dors ma lumière du monde, l'eau baigne encore la palmeraie
            La terre enfante encore ses fruits, citron grenade épanouis orange, abricot ! inouï ?
                                                                   Dors
                                               Ô lumière de mon monde,
                               Sidi Yanès ouvre ses portes, l'amour se raconte.
           Zohra, je marche encore dans la ruelle, étroit chemin de mes racines
                   Le désert où je m'enracine, le sable, la terre qui me fascine
                 Le wakkaf des jardins verdoyants, de l'oasis ensoleillée,
                       Aurait-il arrosé mon cœur de son âme, de sa poésie
                À voir grandir ma frénésie, le mot sous ma plume duelle ?
       Je reviens voir ma ruelle, zguegue sghier, familière cuillère (ce vers .sans grande conviction !)
                     Et je marche et je cours, je roule et je parcours la route de Laghouat
                         Je traverse la steppe, seul l'enfant me reconnaît, celui que je fus
                           Celui que je sais, être là dans ma peau, être là dans mes mots, être là
                       Et je suis l'homme infini, par son chemin inachevé, et je suis l'amour défini
                                         Par ma jeunesse retrouvée.
                      Tous les blés qui dansent, les coquelicots qui rougeoient
                  Les boutons d'or qui se balancent, les pierres du palais me renvoient
         Les ocres de Laghouat, les vergers de Laghouat, les cinq palmiers… de Laghouat
                              Je roule et je découvre, la lumière et la mer,
                                                    Alger la blanche,
                     Je marche et je cours, je roule et je parcours la route de Laghouat
                          Ma poésie s'écrit : « La vie ! La mort ! L'amour ! »
                                Dans mes poèmes je vis, je lis ou j'écoute
                     La lointaine Hiziyya, Gamr Ellil biyya, Madjnoun ensorcelé
                                      Amour, amour amour Hiziyya
                              Dans mes poèmes je vis, de complainte ou de cris,
                                    De souvenirs flétris, source vive
                            Sous les palmiers, la sakkiya, j'irai dormir là-bas…
                             Dans le sable du désert où mon frère s'est éteint (Feissal Abdelaziz)
                               Tous les blés qui dansent, les coquelicots qui rougeoient
               Les boutons d'or qui se balancent, les pierres du palais me renvoient
                  Les ocres de Laghouat, les vergers de Laghouat, les cinq palmiers de Laghouat
                                                     J'irai dormir là-bas…


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires