• Saidi Ben Djeddou

    Saidi Bendjedou

     poètes de laghouat    Il est né le 26 septembre 1952 à Laghouat. Il a été prof de français puis inspecteur de la même matière à Djelfa puis à Laghouat. Il est décédé le 10 décembre 2003.

    Je vous propose ici quelques uns de ces ouvrages:

    • Recueil de poèmes : la part du silence.
    • Une revue pédagogique en 2002.
    • Les voies Soufis et leur collaboration dans la promotion et l'enrichissement de la culture dans la région de Laghouat.

                            " Nuit traversée d’éclairs bleus
            Sans doute notre corps retournant à la lumière 
                   Qui l’exaltait à la terre absente à nos pas
                      Que nul chemin ne consent à accueillir                

                       On peut être présence de feu qui assaille
            Le silence des murs gardiens de notre mémoire
                    Et ce feu et la lumière de l’autre rive
                 Porteront haut ton rêve dense et ta parole"
                  

                     "  Une fleur couleur de tes doigts
                        Mais parce que seule
                           Encombre le désert
                       Parcouru mille ans
                      En quête du visage
                       Que ne recèlent nulles lignes
                        Autres que celles fondues à la clarté
                        Trop vive"

    Extraits du recueil " La part du silence" de Saidi Ben Djeddou

                           

                          Souffle

    Ton souffle bariole d'arcs en ciel
    L'étendue grise des mémoires
    Et ranime souverain
    Les corps épars
    Chus aux rives de nos lèvres
    Procession vespérale
    Au premier lever de ton âme
    Les soirs s'épanchent si bas
    A froler ton coeur
    Et tes mains
    L'essaim des heures pleines voltige
    A l'orée de ton corps
    Eperdu à l'appel du jour qui
    Tarde à tes yeux.

    Saidi Bendjeddou

     

                                                                Ceux qui savent

    Ceux qui savent
    Depuis longtemps se sont tus
    La parole a déserté l'inerte rivage
    Les arbres même sont un signe
    Un vol d'oiseau annule l'espace
    Les mots perdent sens et pesanteur
    Ceux qui savent
    Ont su confier la pierre
    Uniforme
    Et à l'image de l'informe
    La part du silence qui donna sens jadis
    à la rumeur des mots
    Pesante
    Et sans cesse recommencée
    Ceux qui savent
    Ont su creuser l'espace
    Et briser le temps pour y sacrifier
    Ce double d'eux-mêmes
    Et dans l'inertie des gestes figés
    Et des lèvres closes
    Bâtir l'idéale cité

    Etrange pays

    Je chemine dans ce pays étrange
    Comme un corps qui brûle haut
    éclairant des chemins souterrains
    Qui mènent ailleurs
    Je te nomme pour tenter
    L'absence plus épaisse
    Que la terre noire
    Envahie par nulle mémoire dévastée

                                                                                 

                                  Evidence

    Ici l'arbre s'érige en présence et mémoire ligneuses
    Désormais plus je ne vais ombre évasive
    égarée parmi les ravines sèches de l'être
    à l'affût de moi-même.
    Essence et mystère accessible de ce lieu d'oblation
    Je dis l'arbre et s'accomplit la double résurrection.
    La pierre informe reprend place dans l'évidence
    Sonore de la durée ainsi par coutume désigne-t-on
    Ce haut lieu de l'attente comblée
    Une pierre
    Pour me désigner à moi-même
    Semblable à ce que je fus
    Une pierre informe
    Pour me reconnaître à la fois autre
    Et même.

                    Germination

    D'abord l'ennui
    De gris et de bleu
    Dessinant nos traits
    à l'image du vrai visage
    D'abord la solitude
    Ouvrant à notre faim
    Le monde
    Comme fruit miraculeusement mûr
    Saison nouvelle
    Le silence a germé
    Partout la même fleur
    De parole imminente
    Partout l'espace s'entrouvrant
    Au geste
    Qui doit s'accomplir

                                                                           

                                                                                Impression

    Rien d'éternel
    Un ciel
    Bas
    Bas
    Atone
    C'est tout l'automne
    Un vol épais
    Désir d'absence
    Silence
    Dense désir de paix

     

    La terre d'un autre voyage

    Tu dis : Vois bientôt mourir sera conquête
    Là sont le ,terme et la terre d'un autre voyage
    Notre corps libéré du poids de son ombre
    Renaîtra drapé dans la transparence de son rêve
    Tu dis : Le silence même est présage de chant
    Demeure donc et entends venir l'écho de nos pas
    Là nommer est pouvoir l'absence présence
    Qui dissocie pour hâter l'union et le rêve

             

                                                                         Mysticité

    Et le voyageur aux portes de la cité de sable
    Entonne son chant qui monte son chant le plus beau
    Or voici que l'envol délicat préside
    à la rupture et toute magie dès lors
    Se brise
    A jamais ?
    Mais voici que s'exalte une fois de plus
    Le chant après l'errance et l'oubli
    Feutré
    Aussi doux peut-être
    Que l'étreinte où se perdent les corps
    épris seulement d'eux-mêmes

       Signe

    Signe à rebours
    Par la magie inverse
    Du dire
    Inscrit au creux du silence
    Je suis essentiellement le centre même
    De mon immobilité
    De moi aux choses
    Maints rayons indéfectibles

                                      Soupir

    Un soupir
    Oh si ténu
    Entaille les veines du silence
    Le sang béni bat la mesure
    De l'antique désastre
    L'herbe s'irise d'une seule goutte recueillie
    Un mot prend corps
    Et mille formes inconnues
    Sempiternelle déraison
    L'écume changeante
    Vers la grève des mémoires sourdes
    Tendues sur nos vies comme une toile
    Le drosse
    Le ramène
    Et s'apaise
    Le mot se vêt de rêve
    Et s'en va par les sentes
    De l'oubli

    Spiritualité

    A ma porte ce matin
    Le voyageur me dit
    J'ai soif d'absolu
    Et faim d'immensité
    Sans fin je parcours
    La ville spirituelle
    Au visage de roches
    Calcinées et de sable
    Ne lui suffit-il pas de savoir
    Que ses yeux sont tout cela
    La douceur de la rose
    Et la fraîcheur des jardins

     Source des poèmes : http://poesie.webnet.fr

     

    « Poème de LeilaLabter Lazhari »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Yamo
    Lundi 20 Juin 2016 à 13:34

    Les bonnes personnes sont toujours rares, et quand elles apparaissent, elles apparaissent soudainement ou dans l'anonymat et elles partent de la même manière avec laquelle elles sont venues.

    Monsieur Saïdi Bendjedou? Allah Yarhamou et le loge dans son vaste paradis, son existence était très courte mais il a laissé des œuvres aussi courtes soient elles, mais elles nous rappelles à chaque fois cette homme de grande valeur.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :