• Nabket Bendjedou

           Je me souviens quand j'étais gosse, avec des garnements du quartier, on allait parfois le dimanche. on grimpait difficilement, on tombait, on se relevait parfois la bouche pleine de sable mais on était heureux. Donc, on montait jusqu'en haut et on faisait la course. On descendait le plus rapidement possible. On dégringolait et on terminait la course en se roulant vers le bas. On rigolait comme des fous. On ne sait jamais poser la question quant à l'origine de ce sable ni à son appellation, on s'en fichait. Parfois, on y allait avec le Taleb Si Hadj mabrouk rabi yarhmou. Mais avec les amis c'est beaucoup mieux car  on était plus libre.

    « Poème de Claude M.R.Saidi m'a dit... »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :