• Le Souk de Laghouat

                                                                              La fièvre du Souk
              Chaque vendredi matin, au bord de mon camion DFSK "dair rouhou camiou" comme certains l'appellent, je me dirige vers le marché de la ville de Laghouat. Il est situé au sud ouest de la cité. Une dizaine de minutes, sur la Nationale 1, vers Ghardaia et j'y suis. Le Souk a trois (3) entrées principales; celle du quartier Ksar El Faroudj, à l'est; celle au nord, de la Mamourah et celle à l’ouest , sur la nationale1, celle que je prends d'habitude. Cette entrée est utilisée par les bus qui ramènent et emmènent les gens dans et hors du marché. Des gens de la commune de Laghouat (chef lieu de Wilaya) bien sur, mais aussi d'autres communes de la Wilaya (département). Je gare mon véhicule pas loin et j'y vais à pied. Des centaines de véhicules sont stationnés partout d'une manière anarchique.Tout le marché n'est qu'anarchie concrétisée. Des femmes et des hommes descendent des bus et prennent le marché à l'assaut. Ce moutonnement humain change d'aspect chaque semaine et même chaque heure. Des femmes en petit groupe, d'autres avec des enfants qui trainent derrière elles; ces bambins doivent se demander ce qu'ils foutent dans cet endroit. Parfois des femmes seules ,surtout des vieilles, d'autres encore portent dans les bras un bébé, se hâtent d'arriver avant les autres. Des hommes de tout âge et de différent niveau social arrivés par bus ou par voiture se pressent . Il y a aussi les habitués; hé oui, ceux qui ne ratent jamais le Souk. Des mordus. C'est la fièvre du Souk. C'est la fête au village. Un marché plein à craquer où l'ancien côtoie le moderne. Un marché aux puces où les couleurs de la marchandise exposée, le bruit infernal des klaxons et des cris des hauts parleurs qui font la réclame, se mêlent à la poussière soulevée, et créent une sorte de féerie difficile à imaginer. Une féerie locale qui n'existe nulle part ailleurs. Elle est typiquement laghouatie.

      C'est le Souk

             Dans cette "ambiance", sur les deux cotés de la route où sont garés des véhicules touristiques et utilitaires, il y a ce qu'on appelle "la ferraille", il s'agit en somme de portes , de fenêtres, d'appareils ménagers et électroniques, des meubles... Des articles parfois neufs, parfois plus ou moins usés. Sur le coté gauche, un petit cordonnier noir assis sur une pierre en guise de siège, un homme qui vend du tabac à priser, un autre homme a étalé devant lui plein de petites choses : lame de scie; boite qui ne sert à rien, des chiffons..Un autre plus loin, sur une sorte de charrette, il vante plein d'objets : des piles, des montres, des lames...Deux gosses vendent des manuels scolaires posés sur le sol. Une multitude de choses à vendre qui change chaque semaine. Des trésors. On peut tomber sur des antiquités qui sait. C'est ça le Souk.

       Tout se vend, tout s'achète

             Au milieu de cette route à double sens, sur une sorte de trottoir sont posées des choses: des planches, des madriers, des étriers pour le chainage des constructions d'habitation, des pneus et encore d'autres choses. Au risque de le répéter, toutes ces "marchandises"changent d'un vendredi à un autre. A gauche, pas loin  de l’arrêt improvisé des bus, un camion vend des plantes et surtout des fleurs s'il vous plait. Je continue donc à m'aventurer à l'intérieur du Souk. A certains moments de l'année, comme à l'approche du Ramadan ou à la rentrée des classes, il faut jouer des coudes pour passer; il y a foule. Il faut aussi faire attention aux pickpockets.  Sur ma gauche, les marchands de dattes, devant leur mustang.. hé excusez moi devant leur camion ne font pas beaucoup d'effort pour faire de gros bénéfices. on y trouve du Ghars (الغرس) ( une pâte de dattes) jusqu'à la célèbre Deglet Nour de Tolga. Plus haut encore, on vend des petites bêtes surtout des lapins dans des cageots aménagés, des poules et des coqs, pattes liées. Mais aussi des dindons, des canards. Je reviens sur la fameuse route où sur le coté gauche deux "trucs" pour se restaurer, ce sont des billets express  à l’hôpital. Deux tentes, l'une à coté de l'autre, on ne peut trouver plus sales, où on vend des frites, des œufs durs et du "choua" ( des grillades) à vous couper l'appétit pour au moins un mois. Bonne chose pour maigrir. A quelques mètres de là, le marché des légumes et des fruits de la saison qui proviennent pour la plupart des environs de la ville, qui sur des étalages, qui sur des véhicules utilitaires, qui sur le sol même vendent leur produit. Pendant l’automne et l'hiver les carottes et les navets sont partout.En été c'est les aubergines qui règnent.  Entre les deux voies de la dite route, un camion frigo offre des œufs à des prix abordables. Plus loin encore, une sorte de rond point avec un tournant vers la droite qui mène hors du Souk, A droite au marché des automobiles. A quelques 500 mètres de ce marché vers le sud, c'est la vente des bestiaux, surtout des moutons et des chèvres , et un autre mène au nord, vers une autre partie du Souk que nous allons visiter.

    Les (dé) gouteurs

                Au coin du rond point, un jeune vend du leben ( petit lait). Il a une charrette devant lui, sur laquelle sont posés des Berthes à lait  pleines de leben. Un pichet à lait et un verre  à coté, une assiette dans laquelle du fromage en forme de galette enveloppé soigneusement dans un morceau de plastique, un énorme sac de toile rempli de bouteilles en plastique qui attendent d’être remplies de leben. aucune mesure d'hygiène n'est prise. En plus de la saleté de l'endroit même où se trouve ce vendeur du leben, de la personne elle même qui n'est pas propre. En plus de la poussière et des mouches , il y a plus grave encore: les gouteurs. Des personnes qui goutent le petit lait et laissent un peu dans le pichet et ce "peu" est remis dans la Berthe.  Ces dé..gouteurs s'en fichent pas mal de l'hygiène. Parfois le liquide coule sur les lèvres et sur le menton. Je n'ai jamais compris leur geste. Ces dé..gouteurs, on les retrouve un peu partout dans le marché. Ils goutent des dattes, des mandarines. Ils peuvent gouter à tout si on les laisse faire. Donc, quittons cet endroit sinon on risque de perdre connaissance en plein Souk. Rangés des deux cotés de la route en allant vers le nord, les fruits et légumes sont étalés pratiquement sur le sol. Au bout, de ce marché improvisé, des habits et des chaussures font bons offices.

     La friperie

              Je prends vers l'est, c'est à dire, je me dirige vers le quartier Ksar El Faroudj, sur mon chemin, des jeunes  vendent des chaussures et derrière eux , la friperie, une partie importante du marché. La friperie a la part du lion dans le Souk, du point de vue surface et nombre de visiteurs. Sur plus d'une centaine de lits de camps sont déposés les vêtements; des pulls, des chemises, des pantalons, des vestes ... pour hommes, femmes, enfants, on a que l’embarras du choix. Des habits qui ont été déjà utilisés font le bonheur surtout des petites bourses. Sont ils sans danger? Je ne sais pas. Deux ou trois lits de camp sont destinés aux vieilles chaussures. Toute une foule, debout devant les lits de camp remue les tas d'habits. Chaque fois qu'une personne trouve un vêtement qui répond à ce qu'il veut, il le met sur le dos et continue la recherche. Les marchands travaillent par équipe, il y a toujours quelqu'un juché sur le "mirador" en haut d'une voiture. Il a une vue générale sur cette partie de Souk ce qui lui permet de surveiller car les chapardeurs ne manquent pas.

    Les vendeurs de l'air

                Où que je sois, j'entends la voix de ces hommes (rarement des femmes) qui vendent des remèdes pour toutes les maladies et tous les maux de la terre. Ce sont des charlatans qui utilisent la religion car ils savent très bien que les gens (simples) ne restent pas indifférents au Coran et aux hadiths. Généralement ces "guérisseurs" déforment la parole d'Allah et du prophète, salla Allah alihi wa salam. Ils emploient la vérité pour induire les gens en erreur. Ils s'installent n'importe où dans le marché, un micro à la main, ils vantent leur produit, ce sont des beaux parleurs. De nombreuses personnes, des badauds, se rassemblent autour d'eux. Ils proposent à leur "patient" de gouter à leur "médicament" et on retrouve ici, les fameux (dé-)gouteurs dont j'ai parlé plus haut. Vers 11 heures, ils plient bagage. Ils ont tout vendu.

          Salam alikoum

               Je quitte la friperie. Je continue vers le nord. A ma droite, de la ferraille. A gauche, des ustensiles de cuisine, des appareils électroménagers et électroniques neufs. Plus à l’intérieur du marché, des meubles, des matelas, des couvertures. Que du neuf et à des prix assez intéressants. Un camion DFSK descend la route, un autre monte. C'est l'anarchie. Je suis fatigué. Trop d'animation, trop de vacarme ça vous assomme. Je rebrousse donc chemin, je prends un raccourci. Je retrouve mon camion et je rentre chez moi. Et Salam alikoum.

                                        Le Souk de Laghouat

     


     


    1 commentaire

    « Zawaii : le porteur d'eauSous le pont Oued M'zi »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :